Articles marqués avec ‘tattoo’

 

Convention de tatouage : Cévenn’ink Tattoo

 

 

RCPRO Entrepreneurs Profession Tatoueur Perceur – partenaire de Cévenn’ink Tattoo 

Les salons 13 tattoo et Talons Aiguilles par le biais de l’association les arts attaquent, organisent les 19 et 20 Octobre 2019, au parc expo d’Alès (Gard), leur première convention de Tatouage, regroupant plus de 60 tatoueurs nationaux et internationaux, un pierceur, une quinzaine d’exposants, une galerie d’arts singuliers et de street art, une broc vintage. 
Un week end rythmé, par notre Mr Loyal, Marcel Bouffard, les dj’s du sound system, Moisiland, et des concerts.

Pour devenir le courtier de RCPRO Tatoueur partenaire de la convention, contactez l’équipe https://www.facebook.com/TattooConventionAles/

 

Abonnez-vous à nos Newsletters

 

 

Le tatouage veut sa tranche de l’art

 

 

La 9ème Brussels Tattoo Convention a attiré près de 11000 visiteurs, le week-end du 10 au 11 novembre dernier à Bruxelles.

Des tatoueurs qui, à Bruxelles, ne sont pas considérés comme des artistes.

 


Ils ont beau, pour certains et certaines, maîtriser l’encre et les proportions comme Léonard de Vinci, la couleur comme un Renoir, la gravure comme un  Dürer et l’aiguille comme un Saint Laurent, le statut d’artiste leur est toujours refusé. En Belgique, les tatoueurs sont des commerçants, payent 22 % de TVA là où les illustrateurs, les peintres, les dessinateurs n’en paient que 6 et n’ont donc pas droit au chômage les jours où ils ne travaillent pas.

Il y a pourtant parmi eux de véritables stars qui, de plus en plus – à l’instar des grands chefs qui empêchent désormais leurs clients de poster les photos de leurs assiettes sur Instagram –, songent sérieusement à réclamer des droits d’auteur pour tous ces bras, ces cuisses, ces dos et ces cous encrés de leur main qui s’écoulent en cascade sur les réseaux sociaux.

A l’occasion de la 9ème Brussels Tattoo Convention qui s’est déroulée jusqu’à Tour et Taxis à Bruxelles – prés de 450 tatoueurs, plus de 11.000 visiteurs, des concerts, des freak-shows, du burlesque, du graf, du skate, du rock et du hip hop, des filles dénudées et The Globe of Death, une sphère géante où tournent des motards au programme -, Gabriel Marlier, responsable de la communication de la convention s’est posée la question.

 

Pour qui le statut d’artiste à Bruxelles ?

La loi établissant le statut social des artistes s’applique aux personnes qui fournissent ds prestations artistiques et/ou qui produisent des œuvres artistiques « dans le secteur audiovisuel et des arts plastiques, de la musique, du spectacle, du théâtre et de la chorégraphie ». La commission artistes ( dont le rôle consiste également à donner un avis sur l’application de la loi) estime donc que :

  • l’activité de professeur de danse n’est pas artistique car l’accent est mis sur l’aspect éducatif ;
  • l’activité de journaliste n’est pas artistique car elle consiste plutôt à informer et à donner une opinion ;
  • les activités artisanales (ex : un luthier) ne sont pas artistiques car l’accent est mis sur l’aspect fonctionnel ;
  • les bijoutiers ne sont pas des artistes sauf si l’accent est mis sur la création d’œuvres originales créées sur commande, plutôt que la reproduction de pièces existantes ;
  • les architectes n’accomplissent pas des activités artistiques ;
  • les prestations de cameraman, de régie de son, de lumière, sont des prestations techniques et non artistiques.

Les tatoueurs n’apparaissent pas dans la liste des exclusions.

Source : Journal Le Soir Bruxelles