Articles marqués avec ‘création’

 

La recherche des aides possibles pour une création d’entreprise

 

Afin d’encourager les créations entreprises, les pouvoirs publics ont prévu de nombreuses possibilités d’aides pouvant être attribuées si certaines conditions sont respectées.

LES DÉMARCHES A EFFECTUER POUR CONNAÎTRE LES AIDES DONT LE PROJET PEUT BÉNÉFICIER

Un créateur d’entreprise a intérêt à commencer par contacter la chambre de commerce de son département pour connaître les aides dont son projet peut bénéficier compte tenu de sa spécificité. Un collaborateur de cet organisme pourra lui indiquer les conditions dans lesquelles une aide pourra lui être accordée.

LES PRINCIPAUX TYPES D’AIDES

Le nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise

Il s’agit d’une aide octroyée par des régions et pouvant être attribué à un entrepreneur ayant signé un engagement avec un organisme conventionné. Pour en bénéficier, l’entrepreneur doit se trouver dans l’un des cas suivants :
• Être bénéficiaire de l’allocation de retour à l’emploi (ou avoir moins de 30 ans) ou toucher le RSA, l’allocation spécifique de solidarité ou la prestation partagée d’éducation de l’enfant ;
• Être demandeur d’emploi non indemnisé inscrit depuis au moins six mois ;
• Avoir entre 18 et 25 ans (la limite d’âge est portée à 29 ans si le demandeur est handicapé) ;
• Être ou avoir été salarié d’une entreprise faisant l’objet d’une sauvegarde de justice ou d’une procédure collective ,
• Être titulaire du contrat d’appui au projet d’entreprise ;
• Créer ou reprendre une entreprise se trouvant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville.

L’aide est constituée par un accompagnement du créateur ou du repreneur pendant trois ans. La première étape est constituée par une aide à la finalisation technique du projet, à l’examen des conditions dans lesquelles il pourra être mis en œuvre et à l’anticipation des éventuels problèmes.

Ensuite, le créateur bénéficie d’une aide à la structuration financière qui lui permet de s’assurer de la viabilité économique de son projet et de préparer son plan de financement. Ces étapes sont capitales dans l’élaboration du business plan qui devra être présenté aux banques. L’aide comprend par ailleurs un appui pour la recherche d’un financement adapté et notamment d’un prêt sans intérêt d’une durée maximale de cinq ans attribués par la région.

Une fois que l’étape précédente est accomplie, le créateur d’entreprise bénéficie d’un accompagnement pour le démarrage pour le développement de son activité. Cet accompagnement lui permet notamment d’accéder à un support technique lui fournissant les réponses aux questions qui peuvent se poser.

Le contrat d’appui au projet d’entreprise

Il permet à un entrepreneur de bénéficier de l’appui d’une association ou d’une entreprise qui s’engage notamment à lui fournir des moyens matériels et financiers. L’entrepreneur doit, quant à lui suivre un programme de préparation à la gestion d’une entreprise créée ou reprise. Il peut bénéficier de ce contrat s’il est associé unique et dirigeant d’une SASU ou d’une EURL ou s’il a un projet de création.

L’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise

Depuis le 1er janvier 2019, cette aide est constituée par une exonération partielle de charges sociales et par un accompagnement de l’entrepreneur. Elle est destinée aux personnes qui créent une entreprise individuelle ou une société dont elles doivent toutefois avoir le contrôle effectif. Pour remplir cette condition, il faut que l’entrepreneur détienne personnellement au moins 35 % du capital, son conjoint ou ses descendants devant en détenir au moins 15 %. L’exonération de charges sociales est accordée si les revenus procurés par l’activité ne dépassent pas 40 524 €.
En ce qui concerne l’accompagnement, il est organisé dans le cadre du nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise visé ci-dessus.

Abonnez-vous à nos Newsletters

 

L’élaboration du budget prévisionnel de l’entreprise à créer

 

Pour un créateur d’entreprise, l’élaboration du budget prévisionnel constitue l’une des étapes essentielles de la préparation du projet. Le but de cette élaboration consiste à prévoir le niveau d’activité, les dépenses et la rentabilité probable des trois premiers exercices. Les investisseurs et les banquiers examineront ce budget prévisionnel avec la plus grande attention. En effet, il permet d’évaluer avec précision les risques liés au projet ainsi que la viabilité de celui-ci.

La préparation du budget

L’établissement de ce budget consiste à recenser les futures dépenses ainsi que les futures recettes et à les classer en fonction de leur nature et de leur périodicité pour apprécier l’évolution future de la situation de l’entreprise.

Il faut donc tenir compte des éléments suivants :

• En ce qui concernait les futures recettes, il faut recenser les sommes qui seront procurées par les ventes réalisées en s’appuyant sur les résultats de l’étude de marché qui devra avoir été réalisée préalablement avec la plus grande rigueur. Il y a lieu de prendre en compte les variations de stocks et les éventuels produits financiers ainsi que les subventions qui seront éventuellement versées.

• En ce qui concerne les futures dépenses, il faut tenir compte de toutes celles dont le montant est connu d’avance. Il s’agit notamment :
– Des amortissements annuels des immobilisations que l’entreprise aura dû acheter ;
– Du loyer et des charges si l’entreprise doit louer des locaux ;
– Des sommes qui devront être versées aux fournisseurs et aux prestataires de services que le créateur d’entreprise a sélectionnés ;
– Des salaires et des charges sociales ;
– Des impôts ,
– Des primes d’assurance, notamment si l’entreprise exerce une activité l’obligeant à souscrire une assurance garantissant sa responsabilité civile professionnelle ;
– Des annuités de remboursement des emprunts à moyen terme ;
– Des autres sommes à verser aux banques et aux organismes financiers (par exemple : frais de gestion du compte, assurances et moyens de paiement, cotisation annuelle de la carte bancaire) ;
– Des frais de chauffage, d’eau et d’électricité ;
– Des achats de papeterie, de documentation et de fournitures ;
– Des redevances et des loyers à verser aux organismes de crédit-bail ;
– Des frais de téléphone et d’abonnement à Internet ainsi que les frais postaux ;
– Des frais d’entretien des équipements et des locaux ,
– Des frais résultant des missions confiées aux collaborateurs

Les conditions à remplir pour la crédibilité du budget prévisionnel

Il est indispensable de bien maîtriser le marché ainsi que les bases sur lesquelles le développement de l’entreprise pourra s’appuyer. Il faut également avoir défini, des objectifs de ventes en valeur et en volume. Une prévision fiable des parts de marché que l’entreprise pourra conquérir est par ailleurs nécessaire. Bien entendu, il faut aussi que les futures dépenses puissent être facilement maîtrisées. Si cette maîtrise semble trop difficile, il peut être préférable de renoncer au projet.

Enfin, il faut prévoir une marge correspondant à des dépenses ne pouvant pas être prévues avec exactitude. Il peut s’agir par exemple des frais de recours à une société d’intérim s’il est nécessaire de remplacer un salarié malade. L’aide d’un expert-comptable peut faciliter le calcul de cette marge.

La présentation du budget prévisionnel

Le budget doit être présenté sous forme d’un tableau indiquant la nature des dépenses et des recettes ainsi que leurs montants respectifs et leurs échéances. On peut utiliser le tableur Excel qui permet de faire apparaître clairement les montants hors-taxes pour les ventes et les dépenses assujetties à la TVA ainsi que la TVA à déduire ou à verser au Trésor.

Abonnez-vous à nos Newsletters

 

La recherche d’associés

 

Un créateur d’entreprise doit souvent rechercher des associés, car il ne dispose pas toujours de moyens suffisants pour lancer son projet. De plus, les banquiers et les fournisseurs exigent toujours un montant minimal de fonds propres pour accorder des crédits. Enfin, les associés peuvent apporter des compétences très utiles pour la réussite du projet.

La présentation du projet aux associés potentiels

Les personnes physiques ou morales susceptibles de faire des apports en capital comparent toujours les projets qui leur sont soumis. Il est clair qu’elles cherchent à tirer le meilleur parti des ressources dont elles disposent en sélectionnant les projets qui semblent les plus prometteurs.

En conséquence, le créateur d’entreprise doit démontrer que son projet a un très bon potentiel de rentabilité. En conséquence, il doit avoir fait une étude de marché qui démontre qu’il existe des besoins non satisfaits. En outre, il doit établir que ses produits ou ses prestations apporteront une très bonne réponse aux entreprises et aux particuliers ayant exprimé ces besoins. Ainsi, il a plus de chances de convaincre des associés potentiels s’il démontre que ses produits procureront plus d’avantages que ceux qui sont commercialisés par les concurrents ou qu’ils seront moins chers.

Il doit également présenter un business plan contenant des comptes prévisionnels concernant, au moins, les trois premiers exercices de l’entreprise. Ces comptes prévisionnels doivent établir que l’entreprise aura un bon niveau de rentabilité et que son bilan sera équilibré. Ceci exige que les futures dépenses soient évaluées avec une précision maximale et que les prévisions de recettes soient basées sur des hypothèses crédibles. Il faut par conséquent que le créateur ait examiné les produits et les parts de marché des concurrents en vue de savoir dans quelle mesure il pourra développer sa propre activité.

Les critères à prendre en compte pour la sélection des associés

Le créateur doit s’associer avec des personnes foncièrement honnêtes et avec lesquelles il pourra bien s’entendre. Les futurs associés doivent donc répondre aux conditions suivantes :
• N’avoir fait l’objet d’aucune sanction leur interdisant d’être dirigeants ou administrateurs d’entreprises ;
• Être d’accord avec les objectifs du créateur et considérer que la stratégie qu’il mettra en œuvre est bonne ;
• Avoir un profil qui complète celui du créateur. Ainsi, si le créateur a un haut niveau de compétence dans le domaine de la gestion, il peut avoir intérêt à s’associer avec une personne ayant des compétences commerciales.

Les démarches à effectuer pour rechercher des associés

Le créateur peut bien entendu présenter son projet aux personnes de son entourage. Toutefois, il n’est pas toujours judicieux de s’associer avec un ami ou avec un membre de sa famille, car l’ami ou le membre de la famille n’a pas forcément un profil satisfaisant pour être un associé.

Il peut donc avoir intérêt à recourir aux services d’un organisme spécialisé dans l’aide à la recherche d’associés. Les prestations de ces organismes consistent à mettre en relation des porteurs de projets avec des apporteurs de capitaux tout en répondant aux exigences d’une collaboration constructive.

Lorsqu’il contacte l’un de ces organismes, le créateur peut bénéficier en premier lieu d’une analyse de son business plan, ce qui lui permet d’évaluer ses chances de convaincre les investisseurs potentiels. Si son projet est jugé crédible, l’organisme peut lui proposer un accompagnement pour la recherche d’un ou de plusieurs associés répondant aux conditions mentionnées ci-dessus et lui présenter des candidats.

Ensuite, des entretiens se déroulent entre l’entrepreneur et les associés potentiels. Si ces derniers sont convaincus par le projet, il est procédé à la rédaction des statuts et à l’immatriculation de l’entreprise au registre du commerce. Ensuite, l’entreprise peut commencer son activité.

L’entrepreneur peut rechercher les coordonnées de ces organismes en s’adressant par exemple à la chambre de commerce son département.

Abonnez-vous à nos Newsletters