Lumière pulsée : en attendant le décret, les procès continuent

 

Lumière pulsée : en attendant le décret, les procès continuent

 

Promesse de décret ou pas, le Syndicat national des médecins esthétiques n’abandonne pas les poursuites judiciaires : deux esthéticiennes et une gérante d’institut de beauté étaient jeudi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour exercice illégal de la médecine.

Alors que le projet de décret ouvrant l’épilation à la lumière pulsée aux instituts de beauté, promis en juin par le gouvernement, devrait mettre un terme à ces incessants chassé-croisé judiciaires, des esthéticiennes étaient à nouveau à la barre d’un tribunal correctionnel, jeudi, ainsi qu’une gérante d’institut de beauté.

Lire la suite sur Profession bien-être

Rappel : assurer cette activité est considéré comme une aide à la pratique illégale de la médecine et le courtier comme l’assureur peuvent être condamné au pénal

Abonnez-vous à nos Newsletters

Mots-clefs : esthétiques, lumière, pulsée

Thierry Vandecasteele

Courtier grossiste souscripteur en assurance, Coverholder at LLOYDS